Pour les personnes atteintes de démence, la perte progressive de leurs capacités est douloureuse. Elle peut provoquer de l’irritation, de la colère, mais aussi de l’abattement et un repli sur soi. Les thérapies non médicamenteuses peuvent contrer le risque d’isolement et renforcer l’estime de soi. Elles aident à structurer la journée, ont un effet calmant ou stimulant et favorisent les contacts. Généralement utilisées avant ou en même temps que les traitements médicamenteux, elles présentent l’avantage de ne pas avoir d’effet secondaire. Les professionnels les recommandent en particulier pour atténuer les symptômes concomitants des démences et les troubles psychiques.

Il existe un grand nombre de thérapies et d’activités non médicamenteuses qui se distinguent par leur forme et leur contenu. Les offres varient d’une région à une autre. En voici quelques exemples :

Entraînement de la mémoire et des aptitudes au quotidien

L’entraînement de la mémoire et des aptitudes au quotidien sont surtout recommandés au début de la maladie. Animées par des professionnels spécialement formés, les séances ont pour but d’aider les personnes atteintes de démence à mener plus longtemps une vie autonome. D’autres formes de thérapie existent, qui visent à contribuer au maintien des capacités cognitives et de l’autonomie, comme les exercices d’orientation dans la réalité (ROT), la stimulation cognitive et l’ergothérapie, en visant toujours le maintien des aptitudes pratiques au quotidien.

La parole comme outil thérapeutique

Les psychothérapies peuvent avoir un effet bénéfique dans les périodes difficiles de la maladie, d’une part pour les personnes atteintes de démence au stade initial et d’autre part pour leurs proches soignants. Des entretiens individuels ou en couple avec un professionnel, ou encore une thérapie familiale, peuvent aider à surmonter une situation qui semble désespérée. Parmi les autres formes de thérapies importantes, on peut également citer la validation et la logopédie.

Thérapies corporelles

On trouve dans cette catégorie de nombreuses thérapies visant à promouvoir l’activité physique ou le bien-être comme la rythmique, la danse, la physiothérapie, les massages ou le snoezelen. Elles sont précieuses car elles apaisent les tensions tout en préservant la mobilité et peuvent atténuer à la fois des symptômes physiques et psychiques.

Thérapies musicales et créatives

De nombreuses approches thérapeutiques comme la musicothérapie, la thérapie par la peinture, la cuisine, la danse, le théâtre, le travail biographique, la thérapie par la réminiscence, etc. procurent détente, équilibre et plaisir par le biais de processus créatifs et permettent également de maintenir sa mobilité.  

Il est important de choisir une thérapie adaptée aux besoins individuels de chaque personne. Le stade de la maladie, les symptômes et les préférences personnelles doivent être pris en compte pour déterminer les thérapies à privilégier. La multiplicité des offres permet aussi de combiner plusieurs activités. Certaines thérapies sont proposées par des professionnels dans le cadre de séances individuelles ou de groupes. D’autres peuvent être mises en place avec des moyens simples par les proches et d’autres soignants. Votre section d’Alzheimer Suisse peut vous aider à trouver des offres adaptées près de chez vous. Ce qui importe, c’est de rester ouvert à la nouveauté. Car même si une personne n’a jamais fait de peinture de sa vie par exemple, l’art-thérapie peut tout de même avoir un effet bénéfique sur elle.

Remboursement par l’assurance maladie

Lorsqu’elles sont prescrites par un médecin et justifiées, les séances d’ergothérapie, de physiothérapie et de psychothérapie, tout comme celles de la logopédie, sont remboursées. La durée de ces thérapies est cependant limitée.